Accueil » Rencontres » Livres pour rencontrer la femme que je veux elle ma envoyé partout

Jean-François Dortier

Livres pour rencontrer la femme orange

On aimerait croire qu'elle est toujours unique et mystérieuse. Pourtant, à y regarder de près, l'amour, comme la plupart des sentiments, a aussi ses lois. Quel effet ça fait d'être amoureux? Elle attend sa venue. Il sera là, ce soir, à neuf heures. Tout près d'elle.

Pour Lilian Thuram le racisme est un produit de l’histoire

Quand les anges chantent prononcent ton prénom, qui brille comme le soleil, Pareille, dans les éthérées se dévoile, alors d'étoile en étoile, Il se transige d'amour, qu'on croit entendre les étoiles Psalmodies ton prénom divin et lumineux! Modestement je prends la plume morne, armée de mes larmes, Pour t'écrire ses quelques lignes d'euphonies connus avec tous les exténues. C'est dommage combien nos larmes et nos baisers, eux, ne parlent pas, Et cependant nous les interprétons. Lis entre les trait de mes mains, tu sauras comme je t'aime! Et tu comprendras ce qu'est ma peine?

Lundi pause déjeuner : rien à l’horizon

Déchiffrer Le choix de la chroniqueuse Denise Bombardier pour animer des rencontres par des auteurs des Premières Nations au prochain Salon international du livre avec Québec SILQ a soulevé une incertain de mécontentement dans le milieu artificiel jeudi. Beaucoup y voient un défaut de sensibilité envers les auteurs autochtones invités, qui remettent, pour certains, sien participation en question. Car Mme Artilleur, qui a plusieurs fois tenu des propos controversés sur les Autochtones, sera amenée à interviewer trois auteurs innus, Joséphine Bacon, Michel Jean et Naomi Fontaine. Son souhait? Mme Bombardier, ainsi autrice, a sa place au Cabinet du livre. Mais dans ces circonstances, le minimum serait de lui enlever les entrevues avec les auteurs autochtones.

Dimanche j'ai l'impression de faire mes courses

Personne ne donne pas un parfum à une femme qu'on n'a pas sentie de près, comme on ne distribution pas des sous-vêtements à un individu qui n'est pas le sien - surtout devant sa blonde. Mais donner un livre, n'est-ce pas d'une hardiesse assez étonnante, quand même? En ce sens qu'en le faisant, on révéler presque avoir deviné de quoi l'âme de l'autre est faite? Mon passion de la lecture est suffisamment auditoire aujourd'hui pour empêcher ceux qui me connaissent de succomber à cette hardiesse. Au mieux, ils ne feraient combien m'encombrer d'un autre bouquin qui irait se ranger dans l'une de mes bibliothèques déjà très garnies. Je pas reçois plus de livres en don depuis que mon métier est d'en parler Offrir un livre, c'est déclaration à quelqu'un: je crois te voir, je crois savoir ce que tu aimes, je te donne un recueil dans lequel tu passeras peut-être beaucoup heures de ta vie et probablement que, en le feuilletant, tu penseras aussi à moi, un peu. Ego me souviens de tous les livres que j'ai reçus en cadeau. Par quelles circonstances, par qui et pourquoi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

426427428429430431432